Manifestation nationale – Bruxelles le 24 mai

Quelque 60.000 personnes se sont rendues dans les rues de Bruxelles à l’appel des syndicats pour dénoncer les coupes opérées dans les services publics et l’enseignement, et l’absence de concertation sociale. Les représentants des travailleurs fustigent aussi la «loi Peeters» qui prévoit une annualisation du temps de travail.

«La coupe est pleine» est le message principal véhiculé par le front commun syndical. «Nous en avons plus qu’assez des attaques permanentes du gouvernement et des employeurs qui visent l’argent et les droits des travailleurs», énonce le tract de la mobilisation.

CSC, FGTB et CGSLB dénoncent les coupes opérées dans les services publics et l’enseignement, et l’absence de concertation sociale. Les représentants des travailleurs dénoncent aussi la «loi Peeters» qui prévoit une annualisation du temps de travail. «Accroître la flexibilité n’est pas tenable», disent-ils.